Les 5 de l’économie – Semaine du 17 Mai 2021

Inflationistas vs Deflationistas

Macroéconomie

Le bond de l’inflation aux Etats-Unis (+0,8% sur un mois et +4,2% sur un an en avril) était largement anticipé par les économistes. Pourtant, les intervenants du marché ont réagi avec panique. Comme nous l’indiquions la semaine dernière, nous sommes dans le camp des « deflationistas ». Une fois que la réouverture économique sera pleinement terminée, les facteurs transitoires qui conduisent actuellement à une forte hausse de l’inflation des deux côtés de l’Atlantique devraient disparaître et laisser place à un retour des tensions inflationnistes (comme ce fut le cas avant la crise de la pandémie). Si on regarde dans le détail les dernières données concernant l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis, on perçoit nettement que les poches de tensions inflationnistes sont directement liées à la réouverture. En variation mensuelle, le prix des billets d’avion a augmenté de 10,2%, le prix d’une chambre d’hôtel de 8,8% et celui des locations de voitures de 16,2%. Tout cela est amené à s’atténuer une fois que l’économie aura renoué avec un fonctionnement plus normal. On aurait également tort de se focaliser uniquement sur la mauvaise inflation (celle qui vient juste d’être évoquée). Il y a aussi la bonne inflation, au moins aux Etats-Unis. En effet, on observe que la reprise économique américaine s’accompagne d’une augmentation des salaires dans des entreprises pourtant très décriées (comme McDo et Amazon par exemple). Tout cela pour le plus grand bien du pouvoir d’achat des classes populaires américaines. Notre message au camp des « inflationistas » : Trichet est parti depuis bien longtemps, et il n’y a personne pour prendre sa place. Les banquiers centraux sont unanimes : les tensions inflationnistes sont transitoires. Dit autrement, la perspective d’une normalisation de la politique monétaire est plus éloignée que jamais. Même si des discussions concernant un ralentissement du rythme des rachats d’actifs (tapering) pourraient survenir cet été ou plus tard dans l’année aux Etats-Unis, cela n’induit en rien un revirement monétaire ou l’imminence de conditions financières plus restrictives.

Indices, Actions & Devises 

Nous n’anticipons pas que la baisse actuelle du dollar américain se poursuive sur le marché des changes. Au contraire, nous pensons qu’il va se renforcer contre les devises majeures (notamment l’euro) au fur à mesure que la reprise économique américaine va se renforcer et va dépasser nettement celle des autres pays développés et que la hausse des taux de rendement sur l’obligataire américain va reprendre. Nous projetons un retour du Dollar Index vers la zone des 92,0 à moyen terme.

Calendrier économique

?? 18/05 PIB japonais au T1

?? 19/05 IPC de la zone euro en avril

?? 19/05 Compte-rendu de la dernière réunion de la Fed

?? 20/05 Revendications au chômage aux USA

?? 21/05 PMI manufacturier allemand en mai

Par le bureau de recherche Financial and macro insights by BNVLT


Sculture tête bleue

Parlez-nous de votre projet

Contactez-nous