SPAK – Les 5 de l’économie – Semaine du 7 Juin 2021

Inflation et beaux dossiers à la Bourse de Paris

Le point macroéconomique :

En mai, le bond de l’inflation à 2% sur un an en zone euro était largement attendu. La moitié de la hausse s’explique par le rebond du prix du pétrole depuis l’été dernier (c’est qu’on appelle l’effet de base). Le diagnostic de la BCE concernant la dynamique inflationniste (à savoir que l’inflation est transitoire et qu’il n’y a pas de boucle prix-salaire pouvant induire des pressions inflationnistes durables) est toujours valable et vérifié. Par conséquent, la réunion de la BCE la semaine prochaine devrait être un non-évènement pour les marchés financiers. Le statu quo de politique monétaire est largement attendu. En outre, aucun changement de dialectique notable n’est certainement à prévoir dans le communiqué de l’institut. L’ouverture économique implique évidemment un renforcement de l’activité économique mais, en même temps, de nombreuses poches de fragilité subsistent dans plusieurs pays (ex : ménages les moins aisés qui n’ont souvent pas épargné pendant la crise, PME, secteurs directement touchés par les confinements etc…). Néanmoins, en coulisse, la bataille entre les faucons et les colombes au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE pourrait s’intensifier. De l’autre côté du Rhin, le bond de l’inflation commence à soulever quelques préoccupations à quatre mois des élections générales de septembre (en Allemagne, l’inflation a atteint 2,1% au mois de mai). Et elles trouvent un écho au sein du Conseil. Plusieurs membres classés parmi les faucons ont déjà fait part de leurs préoccupations (Holzmann et Muller notamment). Mais, à ce stade, ils ne sont pas en nombre suffisant pour contrer l’offensive entamée ces dernières semaines des colombes en faveur d’un maintien durable des mesures de soutien (Schnabel, Lagarde, Villeroy, Kazimir etc…). Les opérateurs des salles de marché peuvent donc être rassurés, la politique monétaire ultra-accommodante (à la fois l’APP et le PEPP) va se poursuivre en l’état au moins jusqu’au début de l’année 2022.

Indices – Actions  Devises : 

C’est certainement le signe que la bourse se porte bien. A Paris, on recense plus d’une trentaine d’introductions en bourse d’ici la fin de l’été, dans des secteurs aussi divers que les soins vétérinaires (Theravet) ou la transition écologique (NamR). On observe des flux gigantesques sur les actions un peu sur toutes les places financières mondiales. Le contexte est porteur, à la fois du fait des politiques monétaires ultra-accommodantes et des taux bas. Sur le marché français, les levées de fonds ont atteint près de 300 millions d’euros depuis le début de l’année contre un total à 500 millions d’euros l’an dernier (en partie affecté par la pandémie). Parmi les sociétés en phase de levée de fonds qui méritent le détour, il y a Believe – une société spécialisée dans l’accompagnement numérique des artistes et des labels indépendants (comme le rappeur JUL connu notamment pour son single « Sort le cross volé »). L’objectif est de lever d’ici au 7 juin 300 millions d’euros – ce qui est tout à fait atteignable. Même si le dossier est un peu cher (il se paie environ quatre fois et demie le chiffre d’affaires), Believe devrait profiter à moyen terme du vent d’euphorie qui touche tout le secteur. C’est donc une société à suivre en ce moment.

Calendrier économique

???????? 08/06 PIB japonais au premier trimestre

???????? 06/06 Indice ZEW du sentiment économique en Allemagne

???????? 09/06 Réunion de la BoC

???????? 10/06 Réunion de la BCE

???????? 10/06 IPC américain

Bureau de recherche économique et analyse financière SPAK


Sculture tête bleue

Parlez-nous de votre projet

Contactez-nous