Inflation, le blues avant les fêtes ? SPAK – la newsletter du 18/10/2021

Trois ans que la France n’avait pas connu un si haut niveau d’inflation, l’équipe SPAK vous explique ses causes et conséquences cette semaine.

L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) définit l’inflation comme la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. Entre septembre 2020 et septembre 2021, les prix à la consommation ont augmenté de 2,1%,

Un phénomène qui se ressent déjà sur le porte-monnaie des Français. En 1 an, les prix de l’énergie (voir news SPAK du 20 septembre) ont augmenté d’environ 15% et ceux des produits frais de 7%.

En bref : 1€ permet d’acheter moins que d’habitude = la valeur de la monnaie baisse = moins de cadeaux dans la hotte pour le même budget = c’est bon là vous avez saisi…  

Dans la zone euro, la hausse des prix à la consommation est mesurée par l’IPCH « l’indice des prix à la consommation harmonisé ». La BCE (Banque centrale européenne) s’est fixée un objectif de 2 % d’inflation mais s’est dite prête à laisser dépasser ce niveau temporairement.


Quelles sont les causes de l’inflation ?

👉 la consommation fait que la demande augmente plus vite que l’offre, les prix augmentent alors sous l’effet de la rareté des produits,

👉 la baisse de la valeur de la monnaie en conséquence d’une augmentation excessive de la masse monétaire,

👉 l’entreprise répercute l’augmentation de ses coûts de production (salaires, matières premières et produits importés, énergie,  …) sur le prix de vente,

C’est cette dernière option qui explique l’inflation que nous connaissons en ce moment comme de nombreux autres pays : la vive reprise économique après la baisse d’activité liée à la pandémie a engendré des pénuries importantes de matières premières.

On dit que cette hausse des prix est « conjoncturelle » et non « structurelle » (durable). En effet, pour le moment, les politiques comme les économistes considèrent que cette inflation ne devrait pas durer. 

Quelles sont les conséquences de l’inflation ?

Pour la France, pour l’instant, le premier effet a été l’augmentation du SMIC qui est indexé sur l’inflation. Il a connu une revalorisation automatique le 1 er octobre, avec une hausse de 34,20 euros brut par mois (passage de 1 554,58 euros brut par mois à environ 1 589 euros et le smic horaire brut de 10,25 à 10,48 euros).

La dernière hausse remontait au 1 er décembre 2011.

L’inflation c’est grave ?

Le gouvernement multiplie les prises de parole pour pousser les entreprises à augmenter les bas salaires. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, est particulièrement vigilant sur le sujet pour éviter de voir diminuer le pouvoir d’achat des Français (pour relire la news sur le pouvoir d’achat c’est ici). La crainte est de voir naître des mouvements de contestation comme celui des « gilets jaunes » en 2018.

En effet, la problématique n’est pas tant celle du pouvoir d’achat que celle des inégalités en matière de salaires.


Inflation jusqu’à quand ?

Sûrement jusqu’en 2023, le temps qu’on revienne au niveau d’avant-crise

Les marchés

Rendre sa copie

Les résultats d’entreprises

The Good Student GIFs - Get the best GIF on GIPHY

La saison des résultats est un moment important pour les entreprises cotées. Tous les trimestres, elles dévoilent leurs résultats (chiffre d’affaires en particulier) et leurs prévisions pour les mois à venir. C’est là qu’intervient la sanction des marchés financiers. Si les résultats sont bons, le cours de bourse grimpe. Et a contrario, s’ils sont mauvais, le cours de bourse chute. Tout cela, c’est de la théorie car la vie des marchés financiers est plus compliquée. Certaines entreprises peuvent annoncer de mauvais résultats et voir leur cours de bourse évoluer si les annonces ont déjà été intégrées dans les prix, par exemple. On dira dans le jargon financier que la mauvaise nouvelle est « pricée ».

Chaque trimestre, un thème s’impose. Ce trimestre, c’est l’inflation. Les investisseurs veulent connaître les conséquences de la flambée des prix du transport international et de l’énergie sur les résultats d’entreprises.

Cette semaine sont attendues les valeurs bancaires et financières. La semaine prochaine, c’est au tour de certaines grandes entreprises de consommation américaines, comme la chaîne de restauration Chipotle, le 21 octobre.

Cryptos corner

Aller plus haut !

Promis on ne dira à personne que vous avez cliqué 😉

La semaine dernière, le bitcoin a franchi le cap psychologique des 50 000 $ et s’est échangé proche des 57 000 $ au moment où nous écrivons. Comment expliquer la flambée actuelle ?

George Soros (auteur de Le défi de l'argent) - Babelio

Certains la mettent sur le compte de la hausse de l’inflation, encore elle. Le Bitcoin est perçu comme un moyen de limiter son exposition à sa hausse. Nous sommes sceptiques. En revanche, d’autres facteurs ont joué. Un rapport de Bank of America indiquait que le Bitcoin est devenu « trop important pour être ignoré ».En outre, le family office du gourou de la finance George Soros (photo), Soros Fund Management, a confirmé détenir des Bitcoins. Mais en faible proportion. Suffisant pour donner des ailes à la cryptomonnaie. Merci qui ? Merci George. 

La Dame de l’Eco

Cathie Wood envoie du bois

https://images.lecho.be/view?iid=Elvis:6dByPS5saQOA2_bTMgbiUl&context=ONLINE&ratio=16/9&width=640&u=1615597320000

Cathie Wood a créé et dirige le fonds Ark Innovation, doté de 19,7 milliards de dollars, qui a été le fonds d’actions américain le plus performant en 2020 et à la croissance la plus rapide au monde de 2016 à 2020. Sa stratégie : investir dans des sociétés favorisant une innovation de rupture, qu’elle définit comme des produits ou services technologiques susceptibles de changer la façon dont le monde fonctionne. Elle a notamment investi dans Coinbase ou Robinhood qui sont parmi les rockstars des marchés.

Mais la vie des gérants de fonds n’est pas un long fleuve tranquille : Michael Burry, lui aussi gérant de fonds, ultra célèbre parce qu’il avait vu arriver la crise des subprimes et parié sur la baisse du marché hypothecaire americain, a misé sur la baisse du fonds ARK. Cela n’est pas passé inaperçu et les résultats récents d’ARK innovation tendent à lui donner raison. 

Pour comprendre l’affaire des subprimes (ou tout simplement pour voir un énorme film), nous vous conseillons de voir The Big Short où Burry est interprété par Christian Bale. 

Big GIF - Find & Share on GIPHY | The big short, Christian bale hot, Giphy

Spakulture

Debout les femmes

François Ruffin, 2021

Les écarts de salaires, c’est l’un des sujets du nouveau film de Gilles Perret et François Ruffin,  député de la France Insoumise, sorti mercredi en salle. Dans ce film documentaire, François Ruffin accompagné de son binôme Bruno Bonnell de la République en Marche, collabore sur une mission parlementaire sur les métiers du lien. Le film montre la situation sociale des aides à domicile, soignantes, assistantes de vie scolaire (AVS), accompagnantes des élèves en situation de handicap (AESH) … En lire plus ici  dans un article d’Alternatives Economiques. 

Le son : Inflation blues, BB KING 1983

L’inflation, le sujet ne date pas d’hier et a même un blues en son honneur composé par le grand B.B. King, considéré comme l’un des meilleurs musiciens de blues de tous les temps.

Dans « inflation blues » il s’adresse au Président et au Congrès américain, extraits :

« Monsieur le Président, s’il vous plaît, baissez le prix du sucre, je veux sucrer mon café, je veux pouvoir beurrer mon pain »

« les prix montent montent montent et mon chèque reste le même » 

« je ne sais pas quoi faire, j’essaie de gagner ma vie…  j’ai le blues de l’inflation »

—-

Merci car vous êtes déjà plus de 3 000 à nous lire !

Meilleurs GIFs Ca Fait Plaisir | Gfycat
👇

Partagez cette newsletter en la faisant suivre

Rendez-vous ici pour vous inscrire et recevoir la newsletter SPAK chaque semaine

Bureau de recherche économique et analyse financière SPAK


Sculture tête bleue

Parlez-nous de votre projet

Contactez-nous